Days 14-15-16 (16-17-18/5/17) – Mi 197 to Los Angeles

cropped-boussole_fond_transparent.pngQuelle nuit mouvementée ! Encore perchés à environ 2 000m d’altitude, nous avons passé la nuit sous une tente battue par le vent. Ça continue le matin même. Bon, la journée s’annonce tout de même chouette avec un beau soleil et la fin de la descente de 13 petits miles avant de rejoindre la route et faire du stop pour Cabazon. En chemin nous croisons notre cinquième serpent (Grrr, toujours pas de rattlesnake !) et des day-hikers Vanessa et Scott. Vanessa est fraîchement diplômée en psychologie et veut se spécialiser en « psychologie de l’aventure ». C’est assez intéressant : en gros elle teste tout plein de trails, de séjours méditatifs et d’entretien avec ceux qui les pratiquent, pour plus tard soigner ses patients en leur proposant ce genre de thérapies. Scott nous fait sentir les plantes qui se trouvent sur notre chemin et que nous n’avions même pas remarquées… Une sorte de sauge qui ressemble à du thym et un truc qui sent le citron. Forcément il s’y connaît, il est patron du palmspringhiking shop à Palm Springs, à quelques kilomètres de là. 

Nous voici enfin arrivés en bas de la montagne, avec un vent très puissant. Pas étonnant, nous nous retrouvons en face d’une wind farm, un lieu où son implantées des dizaines d’éoliennes. Nous croiserons ensuite deux trails angels : Deb, qui nous distribue des biscuits salutaires, et Coppleton, qui nous attend devant sa caravane avec des donuts et nous fait découvrir notre première glace au soda, « root beer float ». Oui vous avez bien compris, une boule de glace dans une coupe arrosée de soda. 

Arrivés sur la route, un mec nous prend en stop jusqu’à la station service de Cabazon dans sa voiture poubelle (mais merci quand même !) De là, on tombe sur un chouette routier qui nous propose de nous amener à l’arrêt de bus direction Fullerton où nous prendrons un train pour LA.

Après avoir un peu tourné en rond,  on finit par trouver l’arrêt de bus. Ça y est, on monte dedans et nous voilà sur une autoroute à 8 voies en plein mileu du désert… Le Mont San Jacinto s’éloigne derrière nous tandis que les champs d’éoliennes alentours s’étendent encore un moment. 2 heures plus tard nous voilà à Fullerton, banlieue éloignée de LA, d’où nous devons prendre un RER local que nous attendons en compagnie de Mélissa, la cinquantaine, native de Ventura, un peu plus au nord sur la cote, ancienne de la Navy. Elle est complètement givrée, des papillons dans le compteur, mais pas méchante.. Elle a toute sa vie dans un caddie de supermarché depuis qu’elle a largué son mari encore plus givré voilà quelques jours. Le moment est sympa malgre tout et Mélissa apprenant d’où on arrive, nous donne des barres céréales et des sachets de thé. Elle nous met en garde (et c’est pas la première) contre la faune de Los  Angeles (« les gens sont siphonnés la bas »), c’est drôle venant d’elle… Passons,  on monte dans le train et nous voilà bientôt dans le centre de LA, downtown. 2 stations de métro plus tard on est à l’hôtel. Lit Queen size, douche, toilettes, l’impression d’être pétés de thunes d’un coup… 

Un coup de propre et on redescend, dehors. Mélissa nous a pas menti. En 10 minutes on a déjà croisé 5 mecs qui parlent tout seuls… 

Downtown c’est le quartier d’affaires de LA, le centre geographique, les seuls grattes ciel d’une ville qui s’étend à l’horizontal. Les multinationales y ont leurs sièges et les bosseurs sont en costard-briefcase. 

Mais la nuit tombée coco, aux pieds des tours, c’est pas la même. Les clodos se mêlent aux lascars et les toxicos déambulent. C’est crasseux, sordide, poisseux et morbide. Tu te fais plus taper de thunes qu’à Paname. Ici un vétéran du Viêt Nam aujourd’hui à la rue, là un mec en chaise roulante qui mange à même la poubelle, ici une trentenaire que le crack ou autre a rongé et qui aujourdhui paraît 70 piges, 30 ans et plus une dent.. Tous victimes d’un système qui n’épargne pas. Ils sont 13 000 de plus chaque mois à se retrouver à la rue, rien qu’à Los Angeles. Welcome in the USA.

On continue de déambuler, vers Fashion District plus à l’Est, quartier censé être chouette et animé. En journée seulement… Car passé 18h, c’est la zone. Tout est fermé, les magasins ont laissé place aux rideaux de fer, sur des rues entières, devant lesquels s’entassent des tentes… Y a pas un chat, personne, nada, waloo. Ah si, là un mec parle tout seul.. Difficile de croire qu on est dans le centre de la cité des anges. On se verrait plutôt dans Walking Dead.

On revient sur nos pas, déçus, mange un morceau et direction l’hôtel. 

Les 2 jours qui suivent on essaye de voir un max de trucs. Mais on se rend assez vite compte que Los Angeles est une ville dessinée pour la voiture. Le métro est bidon, les bus sont rares, et la ville est étalée sur 80 kilomètres.. Uber est ton ami.

Piéton, t’es mort, dailleurs y en a très peu. Dans certains quartiers, y en pas du tout. À Beverly Hills, quartier de multi-milliardaires du show biz où s’entassent des villas à 8 chiffres, c’est même suspect d’être piéton, et les services de sécurité peuvent t’accoster et te demander ce que tu fous là, en t’incitant à déguerpir et plus vite que ca…

Ici, y a pas de logique centre/périphérie comme on connaît en France, les blindés au milieu, les pauvres autour. Non, ici un quartier huppé, limité par une autoroute (des dizaines d’autoroutes serpentent dans la ville), de l’autre côté Inglewood, quartier plus que populaire, ghettoisé où fusillades et explosions sont monnaie courante. 

On réussit malgré tout à mettre nos pieds dans le Pacifique, à Venice Beach, après avoir fait un tour Hollywood (bon on a vu les lettres ok très bien). 

Là encore, cocktail explosif. Surfeurs planche sous le bras, bodybuildés sur Muscle beach, bobos claquant leurs thunes, clodos mendiant, gangstas de Compton chillant, hippies fumant des joints longs comme nos bâtons de marche, artistes et mecs qui parlent tout seul (toujours). Le tout sous le controle des 4×4 du LAPD. Tout ca se mélange et fait la faune de Venice. Étrange… Mais coucher de soleil magnifique ce jour là… 

On part ensuite se remplir la panse dans une des nombreuses adresses de Venice. Puis taxi pour l’hôtel. 

On profite de notre deuxième journée en ville pour faire une lessive, direction la lavanderia dans un des nombreux quartiers Mexicains.

Ici on parle qu’espagnol, les panneaux sont écrits en espagnol, et si t’as faim c’est tacos. Dailleurs on a la dalle et le linge est pas sec… On fait ensuite un tour sur Sunset boulevard. La encore sans voiture cest pas simple. Sunset est censé être joli, chouette, animé avec terrasses et magasins. En réalité c’est une 4 voies où ca roule à 70, entourée desdits magasins, terrasses et compagnie… Tu peux siroter un verre, mais dans le boucan et le smog… 

On fait une petite recherche sur le Net et on découvre qu’à 15 bornes, à  Pasadena, y a une rue piétonne (véridique). On reprend un Uber. Cest vaguement mieux, un peu plus calme, mais ca casse pas non plus 3 pattes à un canard…

Voilà grosso modo notre séjour angélique. Vous l’aurez compris c’était un peu décevant. On va pas non plus faire la fine bouche, c’était cool de voir cette ville, et passer à 200 bornes sans y faire un tour alors qu’on habite à 10 000 km et des poussières aurait été stupide… 

cropped-boussole_fond_transparent.png

Publicités

Une réflexion sur “Days 14-15-16 (16-17-18/5/17) – Mi 197 to Los Angeles

  1. Eh oui, tu te rappelles , je te l’avais bien dit que ce n’était pas terrible ; et surtout la nuit ; San Francisco vous plaira cent fois plus car c’est une ville qui a une Histoire .
    Prévoyez , si vous pouvez d’y rester un peu plus .
    Los Angeles n’est qu’un congloméra de quartiers. Mais c’est sûr , il fallait essayer !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s