Day 29 (31/5/17) – Wrightwood to Mi 384

cropped-boussole_fond_transparent.png

It’s time to go! 6h, le réveil sonne mais impossible de décoller avant 8h.. Histoire de se réveiller, on part prendre un café offert pour les hikers par un café repéré la veille en ville. Pour la deuxième fois depuis notre arrivée on repère un français, Jean-Baptiste, avec son drapeau français cousu sur son sac. Ça change des drapeaux américains ! Il vient d’arriver et nous fait la promo d’une appli plus performante que la nôtre pour se repérer sur le PCT. Elle marche en mode avion, te montre ta position sur une carte en mode GPS, montre les campements et les points d’eau et donne de indications sur les services que tu vas pouvoir trouver en ville. En plus les hikers peuvent mettre et consulter les commentaires pour partager les bons plans ou apporter des précisions. C’est la deuxième fois qu’on nous en vante les merites donc on va la prendre bientôt. On croise aussi Ruben, un vétéran du Vietnam qui nous propose un ride pour rejoindre le PCT à quelques miles de là. C’est parti dans la Jeep old school dans une Jeep noire de 1988 où il a intégré un moteur flambant neuf. Ruben est aujourd’hui docteur en psychologie, il a 76 ans, est marié depuis 57 ans avec sa femme et part l’année prochaine en France pour faire le chemin de compostelle. Il est aussi trop fan de Jeep. Merci !! 

Les premiers miles sont relativement plats et on croise beaucoup de hikers à la journée qui profitent du temps assez nuageux idéal pour randonner. 

A midi on attaque la montée du Mont Baden Powell, notre objectif de la journée et notre deuxième sommet. C’est pentu mais rapide : seulement 4 miles jusqu’au pic à 2 867m. On a de la chance, il n’y plus de neige.

 Après 2h de marche et deux petites pauses on y est, easy. Le Mont Baden Powell a été baptisé ainsi pour rendre hommage au « fondateur » du scoutisme du même nom. 


Petit pause dej au pic à l’abri du vent et on est répartis pour 6 miles de descente jusqu’au Little Jimmy Campground, notre campement de ce soir. Walking Olive, un ancien PCTiste nous a prévenu : on risque de croiser des ours. 

Après manger, c’est dans la nuit noire que nous partons accrocher notre nourriture et trousses de toilette dans les arbres. Bah oui, histoire de les dissocier de nous dans les narines des potentiels ours sauvages qui viendraient faire un tour sur le campement… Rassurant n’est-ce pas ?! 

Allez good night buddies! 

cropped-boussole_fond_transparent.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s